ToulÉco Green

Publié le mercredi 8 octobre 2014 à 17h59min par Aurélie de Varax

Essentiel invente un nouveau concept d’épicerie éco-locale à Toulouse

Toulouse avait déjà ses magasins de producteurs : la Ferme attitude ou Paysans Occitan. Essentiel propose d’être le magasin essentiel des consommateurs. L’enseigne ouvre sa première boutique à Toulouse avec l’ambition de créer une franchise.

Isabelle Cordier, Présidente et fondatrice d’Essentiel, la nouvelle épicerie éco-locale qui ouvre ses porte cette semaine au 52 rue du Faubourg Bonnefoy à Toulouse, a fait toute sa carrière dans la grande distribution. Elle a aussi passé du temps dans une Amap. « Le chemin qui me conduit à Essentiel est à la fois une conviction partagée avec beaucoup de consommateurs - le ras-le-bol de manger n’importe quoi, d’être prisonnier des marques de la grande distribution, l’envie de produits locaux et non trafiqués - et le constat qu’il n’existait pas sur le marché d’épicerie éco-locale tenant réellement compte des besoins des consommateurs. »

Fin mars 2014, elle lance la société Oussia (du grec essentiel) dotée d’un capital de 200.000 euros avec 14 associés privés. Une holding dont la première émanation est Essentiel Sud-ouest qui vient de reprendre l’épicerie du 52 rue Bonnefoy pour y installer (et tester) son concept éco-local sur une surface de vente de 43 m².
« Si nous rencontrons l’intérêt des consommateurs, nous nous développerons, » annonce Isabelle Cordier qui ambitionne de lancer la première franchise d’épiceries éco-locales en France.

Répondre aux attentes essentielles du consommateur

Pour sélectionner les 500 produits de consommation courante (alimentation, soin, entretien) de la boutique,« nous avons fait des tests consommateurs pour identifier l’essentiel des produits, ceux dont on a vraiment besoin, » détaille Isabelle Cordier. L’essentiel qui se traduit, par exemple, au rayon frais en pleine période de fruits, par une seule référence de yaourt nature par type de lait. Les références viennent d’une cinquantaine de producteurs dont plus des deux-tiers sont situés dans un rayon de 100 kms autour de Toulouse, les happy few d’une démarche de sourcing mise en place à partir d’une charte qualité. Les producteurs ont été visités, les produits goûtés, les certificats de démarches qualité vérifiés, le tout pour garantir au client « le produit le plus proche et le meilleur sachant que dans le processus de production et d’élaboration, on ne doit conserver que ce qui est essentiel au produit. » Donc haro sur les intrants (pesticides, additifs). Prochaine étape, la mise en place de contrôles aléatoires par un ingénieur agronome.

Si certaines méthodes s’apparentent à celles de la grande distribution, le producteur reste le maillon essentiel. « Nous ne sommes pas dans une démarche de négociation des prix et dans le respect de la capacité des producteurs, » assure la fondatrice. Côté prix, la confiance règne. Selon Isabelle Cordier, « de plus en plus de consommateurs préfèrent mettre 3 euros de plus dans un steak plutôt que dans un médicament. »
Aurélie de Varax

Sur la photo : Isabelle Cordier, fondatrice d’Essentiel Sud Ouest, dans l’épicerie éco-locale du faubourg Bonnefoy. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.