ToulÉco Green

Publié le jeudi 16 mars 2017 à 19h29min par Aurélie de Varax

Envoi, groupe pionnier de l’insertion en Occitanie, fête ses vingt ans

Le groupe Envoi a fêté ses vingt ans à Toulouse, jeudi 16 mars. Avec mille personnes réinsérées et des contrats avec les plus grands groupes français, l’association prouve la réussite de son modèle d’entrepreneuriat social.

C’est une association toulousaine et elle signe des contrats avec les plus grands groupes français. Envoi, structure pionnière en Occitanie car la seule à coupler dans ses missions l’insertion et le secteur adapté du handicap, a fêté ses vingt ans jeudi 16 mars à Toulouse. « Depuis 1996, Envoi a salarié plus de mille personnes dans un parcours d’insertion chez nos clients dont plus de la moitié a trouvé un emploi », a annoncé fièrement Jean-Marc Thomas son président, devant un parterre de dirigeants d’entreprises. Et de souligner que « plus de 120 collaborateurs en 2016 avec un volume d’activités supérieur à six millions d’euros, cela en fait une jolie PME ».

Un tremplin vers l’emploi

Née en décembre 1996 de la volonté politique de l’Aérospatiale, devenu Airbus France et de la Mairie de Toulouse de créer une association sur la thématique de l’insertion, Envoi a démarré ses activités en sous-traitance chez Airbus dans le domaine de la qualité et dans le tertiaire pour la Mairie de Toulouse. « Le coeur de notre travail avec Polemploi, Capemploi et la Direccte et notre spécificité, c’est la réinsertion de personnes ayant des compétences initiales. Nous les remettons à niveau et les tutorons avec l’aide de nos clients », précise Jean-Marc Thomas. Des parcours en insertion qui durent en moyenne douze mois et pour lesquels Envoi reçoit une aide au poste annuelle d’environ 10.000 euros allouée par l’État pour soulager l’effort d’accompagnement.

Sur ses 120 collaborateurs, l’association compte actuellement une vingtaine de salariés adaptés dont quinze travaillent à l’administration des achats pour Airbus France et également vingt salariés en CDD d’insertion. La majeure partie des salariés en insertion dépend de l’activité relève de compteurs développée en sous-traitance pour Enedis et GRDF. Environ quatre postes sont réservés à l’activité de vente et réparation de matériel informatique qu’Envoi a monté à Colomiers, dès 2008. A noter qu’Airbus reste extrêmement impliqué dans ce projet d’inclusion sociale puisque le constructeur assure 50% à 60% du volume d’affaires.« Les entreprises sont très sensibles à leur image et à leur RSE et la thématique de l’inclusion sociale est souvent leur première cible en terme d’engagement. Il y a une prise de conscience que dans un contexte de chômage important, nous sommes un tremplin vers l’emploi », analyse Jean-Marc Thomas.

De nouveaux caps en vue

Depuis vingt ans, Envoi s’est donc adaptée aux attentes des donneurs d’ordres économiques pour remplir des prestations à valeur ajoutée, sans rônier sa mission sociale. En 2009, elle obtenait les certifications ISO 9001 et EN9100 pour pouvoir répondre à tous types d’appels d’offres. En 2010, elle crée Envoi-OPS, une SASU (société d’une personne morale) afin de faciliter la contractualisation avec ses partenaires donneurs d’ordre et donc élargir son offre dans le champs industriel. En 2013 une autre filiale lui emboite le pas : Envoi-Hands pour accompagner des salariés en situation de handicap.

Fort de son expérience des problématiques de l’inclusion sociale, de partenariats industriels forts et de son statut associatif qui lui permet de réinvestir l’ensemble de ses bénéfices dans son activité, le groupe fourmille de nouveaux projets. « Parmi nos objectifs cibles, nous réfléchissons à développer d’autres secteurs d’activités comme le numérique, le spatial ou l’économie circulaire. Nous envisageons aussi de déployer notre socle de compétences sur d’autres territoires hors Occitanie », confie Jean-Marc Thomas.
Aurélie de Varax

Photo DR.