ToulÉco Green

Publié le jeudi 31 août 2017 à 22h50min par Aurélie de Varax

Économies de carburant : Airbus poursuit sa chasse au CO2

Article diffusé le 23 juin

En attendant la propulsion électrique, la réduction des consommations de carburant est un défi quotidien pour les avionneurs. Au salon du Bourget, Airbus a dévoilé cette semaine une version économe de son A380 ainsi que des solutions d’optimisation des plans de vol.

Au Salon aéronautique du Bourget, Airbus a annoncé cette semaine plusieurs innovations dans sa stratégie de réduction des consommations de carburant, à commencer par son "A380plus" qui intègre de nouvelles ailettes marginales pour réduire la consommation de carburant de 4%, tout en embarquant quatre-vingt passagers de plus. De quoi assurer potentiellement un nouvel avenir à ce modèle difficile à commercialiser.

Autre annonce en la matière, l’avionneur a officialisé le 21 juin un partenariat entre sa filiale Navblue et la start-up toulousaine spécialiste de l’éco-pilotage Openairlines. La filiale d’Airbus Navblue devient ainsi distributeur de la solutions SkyBreathe auprès des compagnies aériennes. Cette solution digitale, développée par Openairlines, optimise l’efficacité de la consommation sur le plan de vol, la réduction des consommations pouvant atteindre 1 à 4%, selon les appareils.

Chaque pourcent gagné est un pas en avant par rapport aux obligations fixées par le cadre réglementaire international de l’OACI qui prévoit la réduction de 33% des émissions de CO2 pour les modèles existants qui seront construits à partir de 2023. Et 36% de réduction à partir de 2020 pour les futurs modèles.

L’enjeu des nouveaux moteurs

Selon l’étude annuelle sur l’aéronautique publiée par le cabinet de conseil AlixPartners le 13 juin dernier, la majorité des gains de consommation viennent actuellement des nouveaux moteurs avec des stratégies différentes. « Sur les moyens courriers, CFM, la joint venture entre Safran Aircraft Engines et GE, a développé les moteurs LEAP® le remplaçant du CFM56® qui garde la même architecture de moteur mais innove sur les matériaux comme la céramique qui est à la fois solide et résistants aux fortes températures. Pratt & Whitney, leur concurrent, a misé sur une nouvelle architecture de moteur avec le Geared Turbo Fan. Ces deux familles permettent des gains d’ordre de 15% de réduction de carburant. Ce sont ces moteurs qui ont été installés sur les moyens courriers remotorisés que sont l’A320neo et le Boeing 737 Max », indique-t-on.

A noter que pour les modèles long-courrier les plus récents, de nouveaux moteurs ont été associés à des aéronefs faisant largement appel aux matériaux composites. Les best-sellers d’Airbus et de Boeing - l’ Airbus A350 et le Boeing 787 Dreamliner -, comptent plus de 50% de matériaux composites, comme de la fibre de carbone, qui réduisent la masse de l’appareil de 15 à 30%. Plus légers, ils consomment moins. Depuis sa mise en service en 2015, Airbus en a livré 86 exemplaires à ses clients pour un carnet de commande de 850 environ.

L’avenir est-il à la propulsion électrique hybride ?

L’aéronef 100% électrique de 200 places n’est pas pour demain. La pile à combustible peine à percer dans l’aéronautique et pour un avion monocouloir, il faudrait embarquer plus de 1000 tonnes de batteries. Mais les travaux sur l’aéronef électrique hybride permettent d’envisager des avions de transport d’une centaine de places d’ici 2030, comme l’ambitionne Airbus.

Le constructeur et Siemens ont signé en avril 2016 un accord de coopération pour l’électrification de l’aviation et mis en place une équipe dédiée de 200 personnes. L’objectif à horizon 2020 consiste à démontrer la faisabilité technique de divers systèmes de propulsion hybride électrique pour compléter le moteur thermique classique dans les phases de décollage et d’atterrissage. Selon Tom Enders, CEO d’Airbus Group, "les moteurs électriques hybrides constituent l’un des plus grands défis industriels de notre époque, dans l’optique d’une aviation propre".
Aurélie de Varax