ToulÉco Green

Publié le jeudi 23 avril 2015 à 13h44min par Virginie Mailles Viard

Dossier - Le soja : Midi-Pyrénées trouve le haricot magique - 2e partie

Midi-Pyrénées vise une réelle autonomie régionale en ressource protéique. La recherche se penche sur le soja, les agriculteurs accroissent leur production, le Bio le soigne, la bourse le redécouvre. Le soja est de retour en Midi-Pyrénées.

Depuis 2012, la Région Midi-Pyrénées, région traditionnelle de production du soja, a souhaité plus d’autonomie pour la filière, jusque-là très dépendante des importations pour l’alimentation animale. Alors que les surfaces de culture sur le territoire se réduisaient, que le soja ne pouvait lutter en bourse contre le maïs, que ces fluctuations fragilisaient les exploitations agricoles, Midi-Pyrénées a projeté un plan ambitieux pour ancrer davantage la filière sur le territoire.

Objectif premier : produire de nouvelles graines

Pour réduire cette dépendance, il a fallu l’équivalent de ce que Georges Pompidou avait lancé en 1972 après l’embargo décrété par les Etats-Unis sur le soja : le Plan Protéines. Sa figure de proue est baptisée Agesomip, un projet de recherche mené par le ruthénois RAGT 2N. Ce programme d’amélioration génétique, doté de 2 millions d’euros, est soutenu à 25% par la Région. RAGT 2N est épaulé pour sélectionner des plantes au niveau moléculaire, résistantes à la sécheresse, et aux rendements supérieurs. Des nouvelles graines non OGM, qui permettent de lutter efficacement contre les protéines OGM importées.

Objectif second : fourbir les outils pour doper le marché bio

Pour Jean-Claude Chibarie, agriculteur en Haute-Garonne, pionnier dans l’introduction du soja en France, ce Plan Protéines est la stratégie adéquate pour relever cette graine aux atouts incomparables. « Elle pousse sans azote, elle est économiquement rentable puisqu’aujourd’hui les marges sont quasi-identiques à celles du maïs. Et nous nous sommes dotés de variétés sans OGM. Nous sommes donc passés de 42 000 ha à 75 000 ha en une année ! Le marché arrive, et on sera sur la photo. » Un constat partagé par Pierre Jouffret responsable Sud de Cetiom. « Nous sommes en phase d’augmentation, cette graine a de bons niveaux de rendement, et notre marché est poussé par des consommateurs qui veulent du local non OGM. Le soja a un bel avenir devant lui. »

Légumineuse affranchie des intrants, le soja a les atours de la graine bio. Encore faut-il sécuriser la production, pour s’assurer une victoire totale sur ce marché où le Brésil avec 6 Mt est le premier producteur non OGM. C’est chose faite depuis 2013 avec le premier outil de trituration de graines de soja du Sud-Ouest : Sojapress. Midi-Pyrénées est aujourd’hui leader en Europe sur la production de soja Bio.
Virginie Mailles Viard