ToulÉco Green

Publié le jeudi 8 février 2018 à 17h15min par Aurélie de Varax

Depuis Toulouse, Waves’n See combine videos et algorithmes au chevet du littoral

Lancée en 2015 à Toulouse, la start-up Waves’n See combine images vidéo et algorithmes pour un suivi de précision, en temps réel, des différents paramètres du littoral. Elle vient d’être récompensée aux Trophées des Inn’Ovations Midinnov organisés par la région Occitanie.

« A partir d’une caméra fixe installée sur un point haut et d’une série d’algorithmes, Waves’n See analyse les paramètres des vagues, la position du trait de côte, les mouvements et les volumes des réserves de sable y compris en zone submergée », détaille Amandine Berger, en charge du développement commercial de la Scop. Lancée en 2015 à Toulouse sous forme de Scop, la start-up est un essaimage de la cellule de valorisation de l’IRD. Un projet porté depuis plusieurs années par deux chercheurs du LEGOS à Toulouse : Yves Soufflet, l’actuel gérant de la société et Clément Mayet qui reste associé. 

"Le suivi du littoral est actuellement assuré grâce à des données ponctuelles (levées laser/LIDAR ou GPS) ou encore via des instruments immergés mais ces outils ne sont pas aussi pratiques d’utilisation qu’une caméra ou n’assurent pas un suivi continu, en temps réel. Or le milieu évolue très vite", précise Amandine Berger. Lors de la tempête Eleanor des 2 et 3 janvier, le littoral avait reculé de plusieurs mètres en quelques heures. Certes l’érosion des côtes est un phénomène naturel mais l’urbanisation vient modifier cette dynamique naturelle et accélère le phénomène. "70% des côtes mondiales sont menacées par l’érosion à cause de cette accélération et cela augmente le risque de submersion marine", insiste la responsable. D’où la pertinence du service proposé par Waves’n See aux gestionnaires du littoral pour améliorer la gestion des aménagement littoraux par une meilleure connaissance de la dynamique sédimentaire locale.

Bientôt un projet en Occitanie

Après avoir peaufiné son outil en R&D pendant deux ans, Waves’n See vient de signer ses premiers contrats. Un projet de recherche a été réalisé en 2017 sur la dynamique sédimentaire du delta du Mékong mené en collaboration avec l’AFD (Agence française de développement). La solution a été retenue par le département de Seine Maritime pour le suivi du cordon de galets à Etretat, ainsi que par un bureau d’études pour le réaménagement de plages à Merlimont dans le Nord. "Nous proposons un service en deux temps", précise Amandine Berger : "l’installation du système vidéo et l’abonnement à notre service d’analyses. Actuellement nous produisons des rapports mais l’idée est de produire rapidement des tableaux de bord visuels et interactifs." 

Un premier contrat pourrait également démarrer prochainement en Occitanie : l’équipement de trois sites - dont Banyuls et Gruissan - pour travailler sur l’amélioration des prévisions du risque de submersion marine avec les chercheurs du LEGOS. Le projet actuellement en phase de "pré-maturation" auprès des instances régionales. En plein développement, la Scop qui compte trois collaborateurs prévoit d’étoffer ses équipes en 2018 et de lever des fonds afin de monter en compétences et adresser de nouveaux publics et marchés, y compris à l’international. Waves’n See cible également le secteur du tourisme et des loisirs, avec un projet d’application sur la surveillance en temps réel des baïnes et des vagues.
Aurélie de Varax

Photo DR.