ToulÉco Green

Publié le jeudi 14 janvier 2016 à 15h11min par Aurélie de Varax

Depuis Toulouse, EH Tech réinvente l’eau chaude

Réutiliser la chaleur des eaux grises de la douche pour l’eau du chauffe eau, c’est le pari du toulousain EHTech avec son produit breveté Obox. Bilan : 71% de chaleur récupérée. L’entreprise prépare une levée de fonds pour se développer, notamment, Outre Atlantique.

Chat échaudé craint l’eau froide. Imaginez dix personnes frigorifiées après une longue journée de ski dans un petit chalet équipé d’un chauffe-eau de 50 litres. Il y a de quoi déplorer que la chaleur des cinq litres attribués à chacun aille réchauffer les égouts. Parmi les dix vétérans, un jeune docteur en physique et deux jeunes ingénieurs en thermique et en mécanique décident de remédier à ce gaspillage instantané. En mai 2009, ils créent EHTech avec deux objectifs : faire un récupérateur de chaleur des eaux usées de douche, fiable et rentable. Il s’appelle Obox.

« Nous avons regardé ce qui fonctionnait le mieux sur le marché et jeté notre dévolu sur une technologie de vingt ans d’âge d’échangeur à plaques, compacte et rentable. Nous l’avons ensuite amélioré par un système de nettoyage automatique », raconte Hugo Durou. Le processus, qui repose sur six brevets, envoie de l’eau sous pression à contre-courant. Il ne nécessite ni électricité, ni intervention humaine. Côté performance, l’Obox permet de réutiliser 71% de la chaleur soit une économie de 63% sur la facture d’eau annuelle en tenant compte des pertes thermiques dans les tuyaux. Ce serait 192 euros en moyenne pour une famille de quatre personnes, habituées à une douche quotidienne de sept minutes. Le retour sur investissement est estimé à quatre ans en maison individuelle, et deux ans en hôtellerie.

2016 : levée de fonds de 600.000 euros en vue

Si EHTech valorise actuellement sa technologie sous forme de royalties auprès de trois industriels dont le constructeur KP1 dans des maisons individuelles et le chauffagiste Atlantic sur du logement collectif et du petit tertiaire, l’entreprise toulousaine aspire à sortir de ce modèle. Une levée de fonds de 600.000 euros est donc en cours pour accompagner de nouveaux développements. « Nous voulons aborder trois nouveaux marchés en développant des contrats de partenariat et également de la vente directe, » précise Hugo Durou.

La société cible l’hôtellerie pour qui la facture d’eau chaude est significative, le Royaume-Uni où elle vient de signer un contrat avec un leader de la distribution d’équipement sanitaire qui vendrait l’Obox sous sa marque, et l’Amérique du Nord. « Ce dernier marché est gigantesque. Nous comptons nous appuyer sur des installateurs spécialisés dans l’efficacité énergétique pour commercialiser des Obox produits sur place, et travailler également sous contrat de licence avec des industriels », détaille le dirigeant. En 2015, la jeune entreprise a réalisé 135.000 euros de chiffre d’affaires. Elle table sur six millions d’euros à cinq ans.
Aurélie de Varax

Sur la photo : les trois cofondateurs d’EHTech avec le produit Obox : Thomas Ricou en charge du développement d’EHTech, Hugo Durou président et Nadège Claeys qui assure la production et l’administration des ventes. Photo EHTech.