ToulÉco Green

Publié le jeudi 2 mars 2017 à 14h59min par Aurélie de Varax

Depuis Montpellier, Reverso crée le premier dériveur high-tech éco-responsable

lancée en 2016 à Montpellier, la start-up Reverso Project commercialise un bateau multi-composants conçu à base de résines biosourcées issues des recherches du professeur Jean-Pierre Habas. Objectif : mettre sur le marché un dériveur facilement transportable et 100% biosourcé.

« Reverso intègre dans la conception de ses bateaux les résultats de la recherche publique et notamment sept brevets concernant les matériaux et les résines 100% biosourcées (résines époxy) végétales et non toxiques », introduit Antoine Simon ancien pilote de ligne passionné de voile et créateur de la start-up Reverso. Un projet ambitieux qui allie travaux de laboratoire et entreprenariat. « Notre mission est d’influencer l’industrie du composite à commencer par l’industrie nautique soumise à d’énormes contraintes et de pouvoir par la suite diffuser nos résines dans les secteurs adjacents : la glisse et l’éolien offshore ».

Pour le professeur Jean-Pierre Habas de l’Institut Charles Gerhardt de Montpellier, ce projet est aussi l’occasion de montrer au grand public que la chimie peut être au service de l’environnement, contrairement aux idées reçues. « Nous souhaitons développer des matériaux pour des applications très respectueuses et éliminer l’utilisation de produits toxiques », détaille ce dernier. « Les résines biosourcées permettent non seulement de protéger les opérateurs qui travaillent dans un environnement plus sain, mais aussi de faire appel uniquement à des ressources renouvelables », précise Antoine Simon. Prouesse ultime : le côté pratique de l’objet : ce dériveur du futur s’assemble et se démonte en quelques minutes. Son poids plume facilite la navigation et le transport puisque le dériveur peut se transporter dans le coffre d’une voiture ou sur un bateau et ne nécessite aucun port d’attache.

Un bateau 100% biosourcé en projet

Incubée au BIC de Montpellier et accompagnée par Synersud, la jeune société a déjà vendu une dizaine de bateaux fin 2016 vendus 6990 euros pièce. Grâce à une levée de de 30.000 euros opérée par le fonds d’amorçage Créalia, la société vise les 350.000 euros de chiffre d’affaires en 2017, soit 250 bateaux sortis de l’usine. Après seulement un an d’exercice, les innovations de Reverso ont été remarquée au concours Coup de Pousse 2015 organisé par la Région, au Audi Talents Awards dans la catégorie design ainsi qu’à la bourse French Tech de la BPI.

Les équipes du professeur Jean-Pierre Habas et Reverso Project continuent leurs travaux de recherches au sein du programme Reverso Biorésine dans l’objectif de développer un bateau 100% biosourcé et écoresponsable courant 2018. 100.000 euros ont été investis dans la recherche et le développement.
Coralie Pierre