ToulÉco Green

Publié le jeudi 14 décembre 2017 à 21h27min par Aurélie de Varax

Depuis Energaïa Montpellier, la concertation sur l’éolien flottant a le vent en poupe

L’éolien flottant était à l’honneur ce jeudi 14 décembre au Salon Energaïa. Dans le développement de la jeune filière, la France fait course en tête, derrière le Japon et les Etats-Unis. En Occitanie où deux projets se réaliseront, la concertation devient un atout maître.

Une concertation bien menée peut s’avérer un éléments clé pour gagner du temps, ou du moins pour éviter d’en perdre. Les acteurs de la transition énergétique l’ont bien compris, qui à l’occasion du salon Energaïa à Montpellier, lui ont consacré ce jeudi 14 décembre une table ronde dans le cadre d’une matinée de débats dédiée à l’éolien flottant. A commencer par la Région, qui compte bien sur ce potentiel dans sa stratégie Repos "Région à énergie positive" 2050.

Sur les quatre projets de fermes éoliennes flottantes pilotes retenus par le gouvernement en 2016, deux sont situées en Occitanie. Il s’agit du projet Eolmed, piloté par Quadran, sur la zone de Gruissan et du projet « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » (EFGL) à Leucate-Barcarès, porté par Engie, Dans chacun de ces projets, la concertation, loin d’une simple obligation formelle, a pris une place de premier plan, au point de devenir aux yeux des parties prenantes du projet un élément clé de la réussite et du respect du calendrier. « En France, la durée de mise en exploitation des projets est trois fois plus longue que dans les pays d’Europe du Nord. Outre la nécessaire simplification réglementaire, un levier d’amélioration réside dans un meilleur dialogue avec les usagers, afin de « réduire l’exposition des projets aux recours », a observé Agnès Langevine, vice-présidente de la Région en charge de la transition écologique et énergétique

Une condition de la réussite du projet

« Les éoliennes flottantes émergent dans un espace vierge et amènent beaucoup de questionnements, obligeant les acteurs à une grande qualité dans la simulation de leurs projets », a rappelé Madame Lavarde, secrétaire de la Commission nationale du débat public (CNED). Dans ce domaine, « la procédure du débat public est inadaptée, qui donne l’impression au public de manquer d’air car tout lui semble déjà décidé. En revanche la concertation est une condition de la réussite du projet ». 

Au terme d’une année de réunions, le lauréat a pris en compte toutes nos demandes », s’est félicité Michel Moly, président du Conseil de gestion du Parc naturel marin du Golfe du Lion. Même satisfaction pour Jean Mathieu Kolb, directeur du projet « Les Eoliennes Flottantes du Golfe du Lion », où la concertation a pris « un caractère pilote », associant outre le grand public à travers réunions et site internet dédié, les organismes de recherche et un expert du CNRS en arbitre de la transparence et de la crédibilité des informations ». Ce projet l’a prouvé à la façon d’un prototype : la concertation s’ouvre à un format numérique interactif, dans lequel le citoyen acteur sera de plus en plus invité à co-construire les projets.
Nathalie Sanselme

Photo 1 : Michel Moly, Président du Conseil de gestion du Parc naturel marin du Golfe du Lion, Jean Mathieu Kolb, directeur du projet "Les éoliennes flottantes du Golfe du Lion", Olivier Guiraud, Directeur Général de Quadran Énergies Marines et Pierre-Yves Hardy, chercheur, Université Paul Valéry. DR
Photo 2 : Quadran.

MPEI devient 2e actionnaire d’EOLMED aux côtés de Quadran
A l’occasion du salon Energaïa, Midi-Pyrénées Energies Investissements (MPEI) a rejoint Quadran Energies Marines dans le projet EOlMed, qui prévoit la réalisation d’une ferme pilote de 4 éoliennes flottantes au large de Gruissan, représentant une puissance de 24 MW (l’équivalent de la consommation de la ville de Narbonne).