ToulÉco Green

Publié le vendredi 20 février 2015 à 06h30min par Aurélie de Varax

Coup d’envoi des Prêts Croissance Verte pour doper la transition énergétique en Midi-Pyrénées

Quinze millions d’euros, c’est le montant des prêts croissance verte sur fonds d’épargne, signés en Midi-Pyrénées par la caisse des dépôts depuis janvier. Un outil au service des collectivités pour la transition énergétique. Philippe Lambert, directeur régional de la Caisse des dépôts, explique ce (...)

Le Conseil général de Haute-Garonne et la Caisse des dépôts viennent de signer un prêt croissance verte sur fonds d’épargne de 10,3 millions d’euros, sur vingt ans, pour financer la rénovation énergétique de deux collèges Haut-Garonnais, le collèges de Pibrac et Louisa Paulin, à Muret. Lesquels verront leur facture énergétique baisser de 63%. Philippe Lambert, directeur régional Midi-Pyrénées de la Caisse des Dépôts nous éclaire sur cette opportunité pour les collectivités.

Philippe Lambert, d’où vient ce prêt « transition énergétique et croissance verte » et quel est son objectif ?
Ce prêt croissance verte vient de la loi de transition énergétique proposée cet été par la Ministre de l’Écologie, l’idée étant de proposer aux collectivités un prêt visant tous les travaux de réhabilitation répondant aux normes thermiques et de construction de bâtiments verts, les transports propres ainsi que la production d’énergies renouvelables. L’enveloppe proposée est de 5 milliards au niveau national avec un taux préférentiel puisque nous sommes à livret A + 0,75%. Cela fait un taux intéressant avec la possibilité d’une couverture à 100% et sur une durée qui peut aller au-delà de 20 ans.

Quel est la spécificité de ce dispositif ?
Les dossiers sont déposés par les collectivités auprès de la caisse des dépôts. Les conditions du prêt sont très avantageuses et la ressource investie est le livret A des français. Je prête sur l’épargne des français investie sur le territoire. C’est leur livret A qui est investi en région Midi-Pyrénées par exemple pour la réhabilitation des collèges. Le livret développement durable participe aussi au dispositif.

Pouvez-vous évaluer l’Impact potentiel de ce prêt croissance verte sur la région ?
Tout dépend des projets qui seront soumis. Pour les deux collèges à Muret et Pibrac qui vont être réhabilités par le Conseil général, c’est 63% de baisse de la facture énergétique. Nous avons modernisé une centrale hydroélectrique à Laya dans les Hautes-Pyrénées pour 400.000 euros prêté et on a gagné 15% de production d’énergie. Je pourrais vous parler aussi de prêts visant les transports propres. Par exemple sur Toulouse, la troisième ligne de métro est éligible à ce type de prêts. Actuellement nous en sommes au démarrage, les collectivités sont en train de construire leurs projets. Il faut ensuite que le projet tienne la route avant d’aller voir le banquier. Le calcul des économies, des réductions de GES ainsi que les bénéfices en terme d’emplois, ne peut se faire qu’à l’issue des projets.

Quel est votre message aux collectivités ?

Il faut foncer sur les projets. L’enveloppe nationale initiale est de 5 milliards d’euros et, une fois consommée, elle sera abondée. J’évoque beaucoup les projets de réhabilitation sur les bâtiments publics car ils engrangent rapidement des diminutions de consommations énergétiques très conséquentes. Dans une période de réduction des dotations aux collectivités, la recherche d’économies sur les budgets de fonctionnement peut passer par la réhabilitation des bâtiments publics.
Propos recueillis par Aurélie de Varax.

Sur la Photo : Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne et Philippe Lambert, directeur régional Midi-Pyrénées de la Caisse des Dépôts. Photo Aurélien Ferreira pour le conseil général de la Haute-Garonne.