ToulÉco Green

Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 17h44min par Johanna Decorse

Depuis le Gers, l’utilitaire Colibus roule à l’électrique

Installée dans le Gers, la société Colibus développe et construit des véhicules électriques spécialisés dans la livraison du dernier kilomètre. D’ici 2021, elle souhaite commercialiser un millier d’unités.

Spécialisée dans les châssis de voitures de compétition, la socié­té Fior, devenue Helem puis au­jourd’hui Colibus, a démarré en septembre 2016 dans le Gers, la production en série de véhicules utilitaires électriques. L’histoire aurait pu s’arrêter en 2014 sans l’in­tervention d’E4V, son fournisseur de batterie lithium qui a décidé de racheter l’entreprise après son dé­pôt de bilan.

Ce nouvel ensemble a donné naissance à Univers VE, groupe structuré autour d’E4V basé au Mans et de Colibus, à Auch, positionné sur le créneau de la li­vraison « propre et urbaine du der­nier kilomètre ». Décliné d’abord en 8 m3 dédié aux produits secs, son modèle ultraléger a séduit des transporteurs comme DHL, UPS, la Poste et leurs sous-traitants. Une cinquantaine de véhicules sil­lonnent actuellement les rues de Paris, Toulouse, Bordeaux ou Mar­seille. Lancé mi-2017 et déployé à Rungis, son modèle frigorifique de 5 m3 pour les produits frais, est utilisé par plusieurs municipalités pour la livraison de repas.

Une solution d’avenir

Colibus, qui produira cent nouveaux mo­dèles en 2018, table sur un chiffre d’affaires de 3 à 4 millions d’euros pour cinquante salariés d’ici la fin de l’année. « Notre homologa­tion nous limite à mille véhicules par an, c’est un objectif que nous voulons atteindre à l’horizon 2021. Les utilitaires électriques, tout le monde en parle mais ce secteur n’a pas encore vraiment démarré. En 2017, l’offre électrique représen­tait 6500 véhicules sur 450.000 vé­hicules utilitaires légers, de moins de 3,5 tonnes, toutes moto­risations confondues, soit 1,5 % du marché. Les perspective s sont colos­sales et les restric­tions de circula­tion qui s’accé­lèrent font de Colibus une so­lution du quo­tidien et d’avenir », explique Olivier Civil, son directeur général adjoint.

La croissance de l’entreprise gersoise profitera aussi à ses fournisseurs occitans qui l’approvisionnent en pièces usinées pour la carrosse­rie, vendéens pour la fabrication de ses châssis brevetés et sarthois pour les batteries lithium. Seuls les moteurs sont produits en Alle­magne et les cellules des batteries, en Asie.
Johanna Decorse

Sur la photo : Colibus a vu plusieurs de ses véhicules exploités dans des villes comme Toulouse, Paris ou Marseille. Crédits : DR